Un brin d’histoire

Barran

Barran au cœur de la Gascogne, est aussi depuis l’époque gallo romain au centre de son histoire .
La Province de Gascogne a été réunie au royaume de France à l’avènement d’Henri IV (1589), mais la ville existait antérieurement; un acte mentionné dans les chroniques du diocèse nous en donne la preuve, il est signé Raymond, Abbé de Barran et date de 1073.

Le nom de BARRAN vient peut être de “Barranum”, nom de la paroisse qui se confond avec celui de la ville, “Villae Stellae in Barrano”, ou d’un certain Varus, patronyme trés attesté à l’époque gallo- romaine qui aurait offert son nom au domaine, puis au village et qui serait devenu BARADUS, à moins que l’éthymologie du nom soit EMBARRAT ou BARRAOU, EMBARRAOU (lieu d’accés difficile, en patois).
La Bastide de Barran est créée par un acte de paréage, c’est-à-dire, un partage équitable des droits signé en 1278, entre le comte Géraud de Fezensac, représentant le roi, et son frère Amanieu, Archevêque d’Auch.
L’église, également construite au XIIIème siècle, est connue pour son clocher hélicoïdal qui fait partie des 33 clochers tors dénombrés en France.
En 1279, des coutumes sont octroyées, elles précisent les droits et les devoirs des habitants et des coseigneurs.

Aujourd’hui, on peut admirer encore de nombreux vestiges de la bastide caractérisée par une tour-porte avec son pont, des remparts, des fossés alimentés par le Petit Rhône, la halle, le plan rectangulaire du village avec ses rues octogonales et des maisons à colombages du XVIème siècle. En 1569, pendant les guerres de Religion, le Comte de Montgoméry, capitaine de la garde écossaise, dévaste la bastide ; seuls les remparts, les tours et une partie de la Collégiale échappèrent aux flammes

L’emblème de Barran

En 1900, Barran comptait environ 1800 habitants. Le pharmacien Vidal connut une certaine célébrité avec ses pastilles contre la toux préparées à base d’escargots achetés aux barrannais dites « pastilles aux limaçons ».
« Quand il pleut à Barran, après un orage, comme un régiment qui part à la guerre, de la plaine montant, des collines descendant, les escargots par troupeaux arrivent à Barran… »
L’emblème du village étant l’escargot, on voit tout de suite le rapport avec le clocher et la ville.
Barran se situe sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle (chemin d’Arles) et sur le chemin de l’Ambre. Une halte a été créée dans l’ancien presbytère et offre aux pèlerins un gîte sur leur chemin.

Aujourd’hui, Barran garde son âme de village et ne cesse de refléter le Gers et le bonheur d’y séjourner.

En savoir plus…